• FRI logo

     
     
     
     
     
     
     
     

    Rapport annuel de 2014-2015

    AMPLIFIER LA VOIX

BILAN DE L’ANNÉE

Nous appuyons les radiodiffuseuses et les radiodiffuseurs dans la prestation de services radiophoniques qui partagent le savoir et amplifient la voix des agricultrices et agriculteurs d’exploitations familiales.

 

Cette année, nous avons travaillé avec plus de 600 partenaires de radiodiffusion dans 38 pays en vue de servir les agricultrices et les agriculteurs d’exploitations familiales et leurs familles. La radio peut faciliter l’accès des auditrices et des auditeurs à des renseignements pratiques, pertinents et d’actualité visant à leur permettre d’améliorer leur sécurité alimentaire, leur santé et leurs revenus. La radio peut également amplifier les voix des agricultrices et agriculteurs d’exploitations familiales, transmettre leurs histoires, leurs expériences et leurs opinions avec d’autres agricultrices et agriculteurs et même les décideurs.
 
Les émissions radiophoniques interactives et participatives sont plus attrayantes, instructives et exercent plus d’impact. Elles permettent aux auditrices et aux auditeurs d’adapter le contenu à leurs besoins, en s’assurant que les sujets abordés tiennent à cœur, répondent à leurs questions et mettent en valeur leurs moyens de subsistance. Le présent rapport annuel souligne nos efforts visant à amplifier les voix des agricultrices et agriculteurs d’exploitations familiales sur les ondes.

 

FAITS MARQUANTS DE 2014-15

  • African Harvest

    Nous avons célébré notre 35e anniversaire par le biais d'une fête qui a mis à l'honneur des plats africains apprêtés par deux fabuleux chefs locaux.

  • Sondage Paza Sauti

    Nous avons sondé des agricultrices et des agriculteurs tanzaniens en vue de recueillir leurs opinions sur la politique agricole du pays et nous avons présenté les résultats au président Jakaya Kikwete. Consultez les résultats (en anglais).

  • Lancement du projet « Poste d’écoute »

    Nous avons lancé un nouveau projet radiophonique pour mettre les ONG en contact avec les bénéficiaires de leurs projets. En savoir davantage sur « Poste d'écoute ».

  • 300e numéro d’Agro Radio Hebdo

    Nous envoyons des articles de presse et des témoignages d'agricultrices et d'agriculteurs aux boîtes de réception des radiodiffuseurs.

  • Cours en ligne sur les émissions agricoles

    Notre cours en ligne de 12 semaines a démarré en septembre et plus de 100 personnes de 25 stations de radio ont participé. En savoir davantage.

  • Appuyer la lutte contre Ebola

    Nous avons apporté notre appui à la réalisation de l'émission Rapport de situation sur Ebola, diffusée par Radio Gbarnga dans le comté de Bong, au Libéria.

  • Campagne « Dites merci à une agricultrice/un agriculteur »

    Les Canadiennes et les Canadiens ont une fois de plus remercié les agricultrices et les agriculteurs qui nous nourrissent durant la campagne, avec 118 messages!

  • Partager notre travail

    Nous avons participé à un panel lors du Forum sur la communication au service du développement organisé par l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture.

  • Visite d’un collaborateur

    Le directeur national de la Tanzanie Japhet Emmanuel a visité le Canada pour nous faire part de l'impact de notre travail sur le terrain.

  • Publication des résultats d’une recherche

    Nous avons publié les résultats de notre Analyse des émissions des radios rurales africaines, qui a fait le point sur les forces et les difficultés des radiodiffuseuses et des radiodiffuseurs africains.

  • Récompensés pour notre travail

    Notre projet « La radio pour le développement de la chaîne de valeur agricole » a été sélectionné pour le Prix du projet SMIS 2015 que nous avons remporté en mai 2015.

  • Lancement d’un projet visant à élargir notre champ d’action

    Désormais, nous sommes en mesure de toucher des agricultrices et des agriculteurs au Niger grâce au projet "Expansion de la résilience pour 1 million de personnes dans le bassin du fleuve Niger au Niger et au Mali."

  • Lancement de Barza infos

    Nous avons renommé notre service d’information hebdomadaire Barza infos. En savoir davantage sur cette formidable ressource.

  • Journée mondiale de la radio

    Le directeur général Kevin Perkins a discuté du pouvoir qu’a la radio de changer des vies lors d’un événement organisé dans le cadre de la Journée mondiale de la radio à Londres. Écoutez ce qu’il avait à dire (en anglais).

  • 100e ensemble de textes radiophoniques!

    Le premier ensemble de textes radiophonique a été envoyé par la poste à 34 radiodiffuseurs en 1979. Cette année, nous avons posté le 100e ensemble à 592 radiodiffuseurs.

  • Discussions Barza

    Des radiodiffuseuses et des radiodiffuseurs se sont retrouvés sur Barza pour discuter pendant trois semaines de l'importance de la nutrition et des moyens dont ils pouvaient se servir pour en parler à l'antenne. En savoir davantage.

Bienvenue au rapport annuel

PROFITER DU POUVOIR DE LA RADIO POUR AMPLIFIER LA VOIX DES AGRICULTRICES ET AGRICULTEURS

 

radiodiffuseur radiodiffuseur agriculteurs

 

MESSAGE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL ET DU PRÉSIDENT DU CONSEIL D’ADMINISTRATION

 
Radios Rurales Internationales souscrit au crédo « Partager le savoir, donner une voix ».
 
Depuis notre fondation en 1979, nous nous sommes toujours engagés à servir les agricultrices et agriculteurs d’exploitations familiales en partageant des conseils pratiques, en produisant et en leur distribuant des textes radiophoniques et des articles. (Nous travaillons actuellement avec 600 partenaires de radiodiffusion dans 38 pays africains!)
 

Le savoir transforme les vies

 
Nous savons que le savoir peut transformer les vies en ce qu’il donne les moyens aux agricultrices, aux agriculteurs et aux collectivités rurales de relever divers défis liés au développement. Toutefois, nous sommes également conscients qu’il ne suffit pas de partager le savoir. Les familles agricoles ont également besoin de pouvoir s’exprimer d’une voix plus forte en ce qui a trait à leur développement personnel. Dans le passé, la radio à elle toute seule ne pouvait pas faciliter ce dialogue. Désormais, elle en est capable, grâce au téléphone cellulaire, un outil auquel peut accéder une grande majorité des ménages africains en milieu rural.
 
Au cours de l’année 2014-2015, nous avons réalisé d’importants progrès visant à aider nos partenaires à faire de la radio la tribune dont les agricultrices et les agriculteurs ont besoin pour faire entendre leurs voix. Les résultats sont encourageants et assez prometteurs. Voici quelques exemples :
 
· Nous avons travaillé avec les radios partenaires afin d’intégrer le « bip-à voter » et les segments de tribune téléphonique pour amener les auditrices et les auditeurs à livrer leurs impressions et participer aux émissions radiophoniques agricoles. Avec « bip-à-voter, » les agricultrices et les agriculteurs sont encouragés à répondre aux questions en «bipant» (appeler et raccrocher avant que les frais ne soient facturés) un des deux numéros donnés.

· En Tanzanie, nous avons effectué le tout premier « sondage agricole » national jamais réalisé avec la radio et le téléphone cellulaire. Dénommé ‘Paza Sauti’ (Elevez la voix), ce sondage s’est inspiré du système « bip-à-voter ». Plus de 9 000 agricultrices et agriculteurs du pays y ont participé. Nous avons réuni les résultats et les avons présentés directement au président et au ministre de l’Agriculture lors d’une grande manifestation organisée conjointement avec ONE, une organisation internationale qui lutte pour éliminer l’extrême pauvreté.

 
· Par le biais de Barza infos, notre service d’actualités et d’information électronique offert toutes les semaines aux radiodiffuseuses et aux radiodiffuseurs, nous rapportons les histoires d’agricultrices et d’agriculteurs ayant trouvé leurs propres solutions aux problèmes agricoles.
 

Donner la voix

 
Offrir des émissions qui donnent la voix aux collectivités rurales exige un nouvel ensemble de compétences. Nous avons, à l’aide de formations internes et en ligne, renforcer les compétences d’une dizaine d’équipes de production radiophonique travaillant dans plus de 50 stations de radio partenaires. La tendance visant à réaliser des émissions radiophoniques qui amplifient les voix des agricultrices et agriculteurs est évidente et s’accélère: plus nous offrons de formations dans ce domaine, plus nous nous habituons à entendre les voix d’agricultrices et d’agriculteurs diffusées sur les ondes dans les zones rurales africaines.
 
Nous remercions notre personnel, les membres du Conseil d’administration, les bailleurs de fonds, les stations de radio partenaires et les bénévoles pour leur contribution à nos activités durant l’année écoulée. Ensemble, nous renforçons les communautés agricoles africaines en partageant le savoir et en leur donnant une voix.
 

kevin's-signature DOUG-WARD-SIGNATURE
Kevin Perkins
Directeur général

Doug Ward
Président, Conseil d’administration

Amplifier la voix

AMPLIFIER LA VOIX DES AGRICULTRICES ET AGRICULTEURS D’EXPLOITATIONS FAMILIALES

Interview Interview Listening group

 

Nos projets servent des millions d’agricultrices et d’agriculteurs d’exploitations familiales par la diffusion d’émissions radiophoniques participatives intéressantes et efficaces. Ils aident les auditrices et les auditeurs à prendre des décisions éclairées par rapport à l’adoption de pratiques agricoles plus productives et durables. Plusieurs d’entre eux écoutent pour pouvoir poser leurs questions, partager leurs expériences et leurs connaissances personnelles, faisant confiance aux expériences de leurs paires.
 
Les radiodiffuseuses et les radiodiffuseurs utilisent diverses stratégies pour joindre leur auditoire. La plupart des émissions radiophoniques participatives proposent des tribunes téléphoniques ou des envois de messages textes. De plus, ils recueillent des informations auprès des groupes d’écoute communautaires.
 
Beep2vote question

De nombreux agricultrices et agriculteurs se réunissent régulièrement pour écouter la radio ensemble. Wossenie Abebe est la présidente du groupe d’écoute Odanabe à Dukem, une bourgade située à environ 40 kilomètres à l’est d’Addis Abeba, en Éthiopie. Son groupe a participé à la conception de l’émission radiophonique hebdomadaire intitulée Misso Ma Qonna (Développement agricole) diffusée par Legedadi Education Radio Station, en Éthiopie.
 
« Nous organisons régulièrement des rencontres où les membres du groupe se réunissent pour parler de ce que nous avons entendu et ce que nous souhaitons entendre. Nous voulons que l’émission aborde la question des mauvaises herbes la prochaine fois, car plusieurs d’entre nous sont confrontés à ce problème, » a-t-elle déclaré.
 
Legedadi Education Radio Station n’est qu’une des huit stations de radio de quatre pays faisant partie de notre projet « Développer des services radiophoniques agricoles interactifs axés sur la demande » financé par Irish Aid. Ce projet a permis à 25 000 agricultrices et agriculteurs d’exprimer leurs opinions à travers des sondages téléphoniques ainsi que des messages textes.

 



 
 
 


RENFORCER LES CAPACITÉS DES RADIODIFFUSEUSES ET RADIODIFFUSEURS EN MILIEU RURAL

 
Les radiodiffuseuses et les radiodiffuseurs jouent un rôle crucial en ce qu’ils font évoluer les agricultrices, les agriculteurs, leurs familles et les collectivités rurales. Ils cernent les besoins de leur auditoire en matière d’information et diffusent, par le biais de recherches et d’entrevues, des émissions intéressantes qui répondent à ces besoins. Nous développons des ressources et nous offrons des formations à des milliers de radiodiffuseuses et de radiodiffuseurs en Afrique subsaharienne.
 
Le radiodiffuseur Ghanéen, Kwamee Kwame, est un des 65 participants de notre cours en ligne sur les émissions agricoles, offert en 2014. Avec l’appui de deux animateurs africains, les participants ont effectué des exercices sur la narration, la façon d’établir un contact avec leur auditoire et la programmation des émissions.
 
Les formations peuvent améliorer la qualité d’une émission agricole, mais elles donnent également aux radiodiffuseuses et aux radiodiffuseurs la confiance et le savoir-faire nécessaires pour jouer un rôle plus important au travail et au sein de leur communauté. « La motivation, les encouragements et la concentration requis [pour le cours en ligne] . . . ont fait de moi une personne différente. En outre, cela m’a permis d’être plus professionnel et reconnu par mes pairs, » a déclaré Kwamee.
 
Il y a dix ans, il aurait été presque impossible d’offrir une formation en ligne en Afrique. Aujourd’hui, l’accès amélioré à Internet et la connaissance approfondie de méthodes efficaces visant à assurer une formation virtuelle a permis à des dizaines de radiodiffuseuses et radiodiffuseurs de plusieurs pays d’acquérir de nouvelles compétences à prix modique. Le cours en ligne sur les émissions agricoles est simplement une formation parmi les nombreuses possibilités de formation et ressources fournies par Radios Rurales Internationales.

 
Le cours en ligne sur les émissions agricoles n’est qu’une des nombreuses possibilités de formation et ressources qui nous offrons pour permettre aux radiodiffuseuses et les radiodiffuseurs de disposer des compétences et de l’appui nécessaires pour communiquer aux agricultrices et aux agriculteurs d’exploitations familiales les renseignements dont ils ont besoin. D’autres ressources comprennent les formations en station, les ensembles de ressources personnalisés et un service d’actualité hebdomadaire.

 
Kwamee Kwame Le radiodiffuseur Ghanéen, Kwamee Kwame, est un des 65 participants de notre cours en ligne sur les émissions agricoles.
 

broadcaster resources


 


CUISINONS — AVEC LA PATATE DOUCE!

Les familles agricoles consomment une grande partie de ce qu’elles cultivent, et cela fait des émissions radiophoniques agricoles une tribune parfaite pour communiquer aux familles des informations sur l’alimentation. Elles peuvent augmenter la quantité de nutriments essentiels dans leur régime alimentaire en plantant des variétés de denrées traditionnelles riches en protéines ou en consommant toutes les parties des plantes qu’elles cultivent, dont les feuilles riches en vitamines.
 
Toutefois, les agricultrices et les agriculteurs peuvent parfois montrer une certaine réticence quant à la production et la consommation d’un nouveau légume, surtout lorsqu’elles et ils ne savent pas si leurs récoltes seront bonnes ou quand elles et ils ne savent pas comment incorporer ledit légume à leurs repas.
 
Radios Rurales Internationales apporte sa part aux efforts internationaux visant à promouvoir la patate douce à chair orange pour régler le problème de carence en vitamine A, un problème grave qui provoque la cécité et accroît la vulnérabilité aux infections courantes. En Afrique, la patate douce traditionnelle est jaune ou blanche et ne contient pas beaucoup de vitamine A. Grâce aux méthodes de sélection traditionnelles, des variétés orange vif sont désormais disponibles, et elles constituent une excellente source de vitamine A. Les émissions culinaires diffusées à la radio constituent un moyen divertissant d’encourager les familles agricoles à cultiver et à consommer la patate douce à chair orange (PDCO).

 
En Ouganda, les associations paysannes organisent des concours d’art culinaire pour permettre à leurs voisins de goûter à la PDCO pour savoir tout simplement à quel point celle-ci est délicieuse, et combien ils peuvent facilement l’incorporer à leurs régimes alimentaires. Ces émissions culinaires sont mises en vedette dans les émissions radiophoniques agricoles locales, et motivent certaines familles à préparer elles-mêmes la PDCO. Elles encouragent d’autres à contacter les stations pour obtenir plus de renseignements sur la façon de cultiver la PDCO.
 
How to cook OFSP
 
Les émissions culinaires sont également célèbres au Ghana où le projet sur la PDCO touche les agricultrices et les agriculteurs des régions du Haut Ghana oriental et du Centre. Cette carte postale sonore enregistrée sur le terrain vous en dira davantage (anglais seulement).

Cooking OFSP

 
« C’est après avoir écouté l’émission radiophonique en groupe, que nous avons décidé d’inviter un habitant du village de Luwawulo à venir nous expliquer la préparation des gâteaux, des chapatis et des crêpes à base de PDCO, » a déclaré Namulema Jane du groupement Bakyala Twekembe du village de Kitangira, dans le sud, non loin de la frontière avec l’Ouganda. Après avoir appris les techniques et entendu d’autres agricultrices et agriculteurs d’exploitations familiales, les membres du groupement agricole Bakyala Twekembe ont été plus disposés à cuisiner la PDCO pour leurs familles.
 
Lorsqu’il est question des meilleurs aliments qu’il convient de cultiver, les agricultrices et les agriculteurs font confiance aux autres agricultrices et agriculteurs. C’est également une bonne chose que la PDCO soit délicieuse. « Une fois que vous commencez à en manger, il vous est difficile d’arrêter, car c’est bon. Je cultive un quart d’hectare de PDCO et j’aimerais continuer, » a attesté l’agricultrice Alice Nyirahabimana, à Kahara, un village du district voisin de Kamwenge, en Ouganda.

 
Une émission radiophonique agricole attrayante repose sur les moments de divertissement qu’elle procure, ainsi que les voix des agricultrices et des agriculteurs. Par conséquent, les émissions culinaires sont un formidable moyen d’atteindre les deux objectifs tout en partageant des informations importantes qui encouragent une bonne alimentation. Ces émissions sont devenues une tranche prisée dans plusieurs émissions radiophoniques réalisées dans le cadre du projet « Réduire la carence en vitamine A avec la patate douce à chair orange ».
 

 L’alimentation est un volet central de plusieurs de nos projets qui visent à accroître la production et la consommation de légumes nutritifs. Parmi ces derniers figurent le projet sur la PDCO, appuyé par la Bill & Melinda Gates Foundation, et notre projet sur la culture du maïs nutritif en Ethiopie qui a pu être réalisé grâce au financement du ministère des Affaires étrangères, du Commerce et du Développement du Canada, avec l’appui des partenaires de mise en œuvre, dont le Centre international d’amélioration du maïs et du blé, l’Institut éthiopien de la recherche agricole, le ministère de l’Agriculture et du Développement rural et Sasakawa Global 2000.


 
 
 


RENFORCER LA RESILIENCE FACE AU CHANGEMENT CLIMATIQUE

 

Yarbout Peter

Yarbout Peter, en montrant son petit champ de rangées soigneusement plantées à Jilik, une communauté dans la région Nord du Ghana.


La réussite d’une agricultrice ou d’un agriculteur est étroitement liée aux conditions météorologiques, surtout en Afrique. Lorsque les agricultrices et les agriculteurs ne peuvent plus se fier au calendrier de la saison des pluies ou à d’autres régimes climatiques auxquels ils étaient habitués depuis plusieurs décennies, leur travail devient plus difficile. Le changement climatique, la déforestation et la désertification nuisent aux récoltes, de même qu’à la sécurité alimentaire de plusieurs agricultrices et agriculteurs.
 
Dans les régions du nord du Ghana, une campagne radiophonique a permis aux agricultrices et aux agriculteurs de s’adapter. « J’ai appris par le biais de Lom FM comment cultiver en saison sèche et j’ai pu le faire moi-même, » a déclaré Yarbout Peter, en montrant son petit champ de rangées soigneusement plantées. Pendant la saison pluvieuse, Yarbout a planté des ignames, suivant les recommandations des agents de vulgarisation agricole qui étaient intervenus dans les émissions de Lom FM.
 
« J’utilisais une partie pour mes besoins personnels et je vendais le reste. Ainsi, je pouvais gagner de l’argent pour payer les frais de scolarité de mon fils, » a déclaré Yarbout. Lorsque la saison sèche arrivera, elle complétera le régime alimentaire et les revenus de sa famille avec le gombo, les tomates et le pili-pili, maintenant qu’elle sait les cultiver.

 
Kpakora Yoo (L’heure des agricultrices et des agriculteurs), l’émission agricole de Lom FM, a prodigué des conseils sur les légumes saisonniers, et parlé de méthodes pour la conservation de l’eau, la protection des sols, la production de denrées en périodes de sécheresse sévère, et à s’adapter à des régimes climatiques imprévisibles. En partageant des renseignements agricoles pertinents et d’actualité provenant les centres de recherche, les agents de vulgarisation, les agricultrices et les agriculteurs spécialisés, nos partenaires de radiodiffusion ont aidé les auditrices et les auditeurs agricoles à apprendre et adopter de nouvelles techniques agricoles qui ont amélioré leur résilience face au changement climatique.
 
Les agricultrices et les agriculteurs ont également demandé des informations cruciales, telles que les prévisions météorologiques et les renseignements commerciaux, dont ils peuvent se servir pour obtenir des récoltes de qualité et de bons prix sur le marché. L’adoption des téléphones cellulaires par une forte proportion de personnes, et ce, même dans les régions rurales africaines, permet aux radiodiffuseurs de communiquer ce type de renseignements essentiels à leurs auditrices et auditeurs de nouvelles façons.
 
Grâce au service « bip pour la météo » de Radios Rurales Internationales, les radiodiffuseurs ont communiqué les prévisions météorologiques et des conseils agricoles y afférents par le biais de SMS et d’autres technologies de l’information et des communications. Plus de 1 500 agricultrices et agriculteurs ghanéens se sont abonnés par l’entremise de leur station de radio pour recevoir des informations actualisées, des conseils ou des rappels à rester à l’écoute par message texte. Cette connexion renforce le rôle des radiodiffuseuses et des radiodiffuseurs en tant que ressource importante dans les communautés rurales.
 


Beep2vote climate poll
« Bip pour la météo » donne aux agricultrices et aux agriculteurs des informations sur le temps et des conseils agricoles y afférents. Avec l’avantage que leur donnent les conseils sur la situation agricole régionale, elles et ils peuvent mieux planifier leur saison agricole et éviter d’enregistrer trop de pertes au niveau des récoltes à cause des maladies ou de la pourriture. En savoir plus sur « bip pour la météo » (en anglais).


 
Le projet sur « L’adaptation au changement climatique » a été diffusé par quatre stations de radio dans les régions du Nord et de Brong-Ahafo, au Ghana, grâce au financement de la German Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ) et l’appui du ministère de l’Alimentation et l’Agriculture du Ghana. En 2014, nous avons également commencé à travailler avec l’Union internationale pour la conservation de la nature en vue de promouvoir la reforestation en Ouganda.

 


DONNEZ UNE VOIX AUX AGRICULTRICES ET AUX AGRICULTEURS DANS LA COMMERCIALISATION

 
Cette année, Linesi Banda a produit plus d’arachides que les saisons précédentes. Son mari et elle remplissent un lourd sac et le charge sur une bicyclette pour le transporter au centre commercial de Kamwendo, dans le district de Mchinji, à 100 kilomètres à l’ouest de la capitale du Malawi, Lilongwe. Au marché, Linesi tente de sonder les marchands pour comparer les prix.
 
Les agricultrices et les agriculteurs ont-ils les moyens de négocier les prix avec les acheteurs? Pas toujours. Cependant, lorsqu’on a posé la question aux agricultrices et aux agriculteurs du district de Mchinji, 75 pour cent d’entre eux ont répondu qu’ils avaient pu le faire, tout en soulignant que l’émission « Radio place du marché » est un outil qui leur est très utile. « Radio place du marché » est une émission qui parle des difficultés que les agricultrices et les agriculteurs éprouvent à obtenir de bons prix pour leurs denrées. Elle définit les « 4P » de la commercialisation : le prix, la place, le produit et le profit.
 
L’émission « Radio place du marché » a été conçue par Radios Rurales Internationales pour être une composante importante de notre projet
« La radio pour le développement de la chaîne de valeur agricole ». Une chaîne de valeur est une suite d’activités qui accompagne un produit de l’état de graine jusqu’au marché, tout en s’assurant que chaque étape, depuis l’enrichissement du sol jusqu’au séchage des produits récoltés, rajoute de la valeur au produit. Les agricultrices et les agriculteurs sont souvent désavantagés dans le système de la chaîne de valeur, car ils ne disposent pas des renseignements nécessaires pour négocier aussi bien le prix des intrants (tels que les semences ou les engrais) que celui auquel ils vendent leurs produits.
 

WSIS prize winner
Ce projet novateur a remporté le Prix du projet SMIS 2015 pour l’utilisation dont il fait des technologies de l’information et des communications pour appuyer les agricultrices et les agriculteurs avec des méthodes de production, d’après-récolte et de commercialisation.
 
Le projet « La radio pour le développement de la chaîne de valeur agricole » est réalisé grâce au financement du ministère des Affaires étrangères, du Commerce et du Développement du Canada et avec l’ appui de Farm Radio Trust.

Radio Marketplace La radiodiffuseuse Sheila Chimphamba interroge des agriculteurs pour son émission avec la Zodiak Broadcasting Station au Malawi.


 
Notre projet sur la chaîne de valeur donne les agricultrices et les agriculteurs d’informations qui leur permettront de faire un profit équitable. Grâce au financement du ministère des Affaires étrangères, du Commerce et du Développement du Canada (MAECD) ce projet cible des chaînes de valeur particulières au Ghana, en Tanzanie et au Malawi, par le biais d’émissions diffusées sur 10 stations de radio.
 
Depuis deux ans, la Malawi Broadcasting Corporation, la Zodiak Broadcasting Station, la station de radio communautaire Mudziwathu et la station de radio communautaire Nkhotakaota du Malawi diffusent des campagnes radiophoniques participatives qui prodiguent des conseils pour renforcer toutes les étapes de la chaîne de valeur de l’arachide. Elles diffusent également des émissions « Radio place du marché » en vue d’appuyer les cultivatrices et les cultivateurs d’arachide dans la commercialisation de leurs récoltes.
 
Les agricultrices et les agriculteurs de Mchinji affirment que les émissions « Radio place du marché » leur permettent d’approfondir leurs connaissances des marchés différents de leurs marchés locaux et d’entrer en contact avec les organisations communes des marchés. « La plupart des [auditrices et auditeurs] ont décidé que, pour gagner de l’argent, il vaudrait mieux pour eux ne pas vendre leurs produits individuellement, mais plutôt en tant que membres d’une association de petits producteurs, » a déclaré Clément Shema, le coordonnateur de la programmation d’impact, chez Farm Radio Trust, notre partenaire stratégique au Malawi.
 
En comprenant l’impact de l’offre et la demande sur les prix, les agricultrices et les agriculteurs ont fini par savoir comment obtenir un meilleur prix pour leurs produits. « Les émissions radiophoniques ont apporté un changement au niveau du savoir et de l’attitude des agricultrices et des agriculteurs par rapport aux questions de commercialisation, » a-t-il ajouté.

 
 


DISCUTER DU GENRE À L’ANTENNE

 
Woman with radio

Les femmes constituent une voix dans toutes les discussions sur l’agricultrice d’exploitation familiale, mais sont souvent oubliées des services de vulgarisation conventionnels. Établir la communication avec les femmes par la radio comporte ses propres défis, car elles n’ont pas souvent accès aux postes de radio ou aux téléphones cellulaires, qui pourtant sont des outils nécessaires pour écouter d’une émission et appeler une station. Grâce à l’ingéniosité et l’appui des radiodiffuseurs, des techniques diverses sont développées pour s’assurer que les femmes se font entendre et sont mises en valeur à l’antenne.
 
Nos projets exécutés dans le cadre de l’Initiative Radios Rurales au féminin s’efforce particulièrement d’amplifier les voix des femmes et satisfaire leurs besoins d’information, prodiguer des conseils sur les cultures généralement produites par les femmes ou les nouvelles techniques agricoles adaptées pour les femmes. En savoir davantage sur l’Initiative Radios Rurales au féminin et notre politique d’égalité de genre.

Women phone line Les lignes téléphoniques réservées uniquement aux femmes font en sorte que les voix des femmes soient entendues à l’antenne, et ce, aussi souvent que celles des hommes. Les groupes d’écoute communautaires permettent aux femmes de se réunir pour écouter une émission radiophonique et s’entraider dans leurs travaux.



En Afrique, les femmes jouent un rôle important dans l’agriculture. Elles cultivent des denrées alimentaires pour leurs familles ou la vente, et participent aux dépenses de la maison, telles que les frais de scolarité des enfants et l’achat de médicaments avec leurs revenus. Nos projets impliquent les femmes à chacune de leurs étapes pour s’assurer que les radiodiffuseurs comblent tant les besoins d’informations des auditrices que ceux des auditeurs.
 
Nous encourageons également les discussions sur les questions importantes pour les femmes à l’antenne. Au Burkina Faso, nous avons travaillé avec Radio Palabre pour interpeller les hommes et les femmes sur l’importance de l’alimentation en ce qui a trait à la santé des mères, des nouveau-nés et des enfants. L’émission radiophonique traitait des aliments riches en nutriments, tels que la patate douce à chair orange et la bouillie enrichie, ainsi que des avantages de l’allaitement maternel.
 
Listening group
Grâce à l’animateur drôle et sympathique, les femmes et les hommes ont écouté l’émission, appris des leçons et sont passés à l’action. « Mon mari avait l’habitude de vendre des produits locaux pour gagner de l’argent afin d’acheter des produits qu’on ne cultive pas ici. Nous ne savions pas que nos propres produits contenaient des vitamines. Maintenant, nous le savons et nous consommons nos produits locaux, » a déclaré Marceline Nabi, la responsable d’un groupe d’écoute communautaire de Saria, une localité située à 100 km de Ouagadougou.
 
Les émissions radiophoniques qui abordent des questions essentielles pour les femmes peuvent motiver les hommes à s’impliquer dans un domaine considéré comme celui des femmes, remettant ainsi en cause les rôles sociaux liés au sexe tout en soulignant la place des hommes dans la famille et celle des femmes dans l’agriculture. Dans le cadre du projet PASME, six groupes d’écoute ont été formés dans deux villages pour réunir les hommes, les femmes et les jeunes auditrices et auditeurs. Ils ont presque tous avoué que l’émission radiophonique avait mobilisé et sensibilisé la communauté entière, notamment les hommes, les femmes, les jeunes et les vieux.
 
Marceline et 60 autres femmes se réunissaient pour écouter et discuter de l’émission radiophonique. Elles ont déclaré que celle-ci avait transformé leurs vies, et le rôle qu’elles jouaient dans la famille. « Nos maris nous ont accordé des terres pour que nous puissions cultiver des légumes. Cela nous a beaucoup aidés, » a déclaré Marceline. Désormais, ses voisines et elle peuvent cultiver des denrées nutritives pour nourrir leurs familles. « Femmes de Saria, nos vies ont changé depuis que nous avons écouté l’émission à Radio Palabre. »
 


DISCUTONS DE LA SANTÉ MENTALE

 
Dans les villes et les villages du Malawi, les étudiants applaudissent Dick Shumba, un artiste hip-hop, surnommé The Diktator, et qui n’est tout autre que le célèbre animateur d’une émission radiophonique locale. Shumba anime une émission-débat pour la jeunesse sur un thème rarement abordé dans les écoles ou les familles malawites : la santé mentale des adolescents.
 
La deuxième saison de Nkhawa Njee — Yonse Bo (Plus de troubles dépressifs, la vie est géniale) a été diffusée cette année. Une fois de plus, l’émission a présenté un feuilleton radiophonique et une discussion sur les ondes qui ont examiné les tensions subies par les jeunes, y compris les pressions familiales et scolaires, ainsi que les réalités de l’abus d’alcool ou d’autres drogues, du sexe et du suicide. Cette célèbre émission aide à éradiquer les stigmates associés à la maladie mentale, dans le cadre de notre Projet intégré de santé mentale.
 
Les éducateurs de pairs, comme Tadala Khonje, aident leurs condisciples à lutter contre le stress et la dépression. « Je sensibilise mes collègues élèves sur la dépression, en plus de les aider à mieux comprendre la dépression, les raisons pour lesquelles on en parle et comment mieux agir pour l’éradiquer des écoles, » a déclaré Tadala.
 

Project Reach

 



Profiles Tadala Khonje (gauche) est une étudiante et éducatrice de pairsis à Lilongwe Girls Secondary School, où Lucious Zimba (droit) est professeur.
 
Les ressources offertes dans les curricula et la formation destinée aux enseignants permettent également de s’assurer que des éducateurs comme Lucious Zimba disposent d’outils nécessaires pour repérer et soutenir les élèves souffrant de problèmes de santé mentale. En tant qu’animatrice du club d’écoute du collège des filles de Lilongwe, Lucious aide plusieurs filles à parler de leurs problèmes.
 
Toutefois, la discussion ne s’arrête pas sur les ondes. Le programme intégré de santé mentale a suscité des échanges au sein de la communauté entière à propos de la santé mentale des jeunes, y compris la dépression et le suicide. « [Nkhawa Njee] m’a permis de m’entretenir avec des personnes plus âgées, car certains des problèmes qu’ils vivent englobent la dépression et le stress, car le stress ne concerne pas que les jeunes, mais tout le monde, » a déclaré Lucious.
 
Deux émissions radiophoniques, dont Nkhawa Njee au Malawi et Positive Mood (Humeur positive) au Tanzanie, ont permis d’initier cette conversation sur la santé mentale au sein des communautés malawites et tanzaniennes. Pour les personnes qui savent détecter maintenant les symptômes de dépression à leur propre niveau ou chez les membres de leurs familles, le programme intégré de santé mentale s’assure également de l’existence d’un réseau d’enseignants formés, de pairs animateurs et de spécialistes en soins primaires pour les appuyer.

 
Inspirés par The Diktator, les étudiants ont pris la parole à leur tour, ou plutôt ont commencé à rapper à leur tour, sur la santé mentale. Écoutez les répercussions que ce projet a eues sur les problèmes de « déstigmatisation » de la santé mentale (en anglais).


METTRE EN AVANT LA VOIX DES AGRICULTRICES ET DES AGRICULTEURS

 
Les agricultrices et les agriculteurs d’exploitations familiales occupent une place importante dans l’économie tanzanienne. Ils assurent 75 pour cent de la production agricole nationale. Cependant, ils ont souvent l’impression que leurs voix ne sont pas entendues et que les décideurs ne répondent pas à leurs attentes.
 
Pour changer cette situation, nous avons réalisé le premier sondage national auprès des agricultrices et des agriculteurs tanzaniens, dénommé ‘Paza Sauti’ (Élevez la voix en swahili). Ce sondage a permis de recueillir l’avis des agricultrices et des agriculteurs et d’en faire part au président tanzanien Jakaya Kikwete lors d’un événement majeur en juin 2014.
 
Le sondage a été réalisé à l’aide d’un système original créé par Radios Rurales Internationales dénommé « bip-à-voter ». Ce système associe la radio aux téléphones cellulaires pour réaliser des sondages sans tenir compte de barrières telles les que la situation géographique, le niveau d’instruction et le revenu. Les radiodiffuseuses et les radiodiffuseurs ont fait la promotion du sondage et encouragé les auditrices et les auditeurs à répondre à une série de questions. En appelant à un numéro réservé aux partisans du « oui » et un autre aux partisans du « non », et en raccrochant par la suite, les agricultrices et les agriculteurs pouvaient enregistrer un appel manqué ou « biper » pour signifier leur réponse. Près de 9 000 agricultrices et agriculteurs ont exprimé leurs opinions sur la politique agricole tanzanienne à l’aide du « bip-à-voter ».
 

Le sondage ‘Paza Sauti‘ a été réalisé en partenariat avec l’ANSAF (le Forum des acteurs non étatiques de l’agriculture), avec l’appui deThe ONE Campaign Africa et de la Bill & Melinda Gates Foundation. Le projet « Poste d’écoute », également en cours d’exécution en Tanzanie, est réalisé grâce au financement de Bill & Melinda Gates Foundation.


Listening Post
 
À la suite du succès remporté par le sondage ‘Paza Sauti,’ nous avons créé le service « Poste d’écoute » par lequel nous demandons aux agricultrices et aux agriculteurs de se prononcer en direct sur le travail de l’ONG sur le terrain. Les radiodiffuseuses et les radiodiffuseurs de deux stations de radio tanzaniennes ont demandé aux agricultrices et aux agriculteurs de donner leurs avis sur les sujets afférents aux projets de développement en cours dans la région.
 
Les radiodiffuseurs transmettent ces informations par le biais d’émissions et de reportages réalisés en direct aux partenaires des ONG. Cela ouvre une nouvelle voie de communication, et nous permet ainsi de nous assurer que les activités de développement ont un impact maximum.
 
En transformant la radio en un outil de communication bidirectionnelle, nous faisons en sorte que les informations parviennent aussi bien aux agricultrices et aux agriculteurs sur le terrain qu’aux décideurs.
 


SharingOurWork (gauche à droite) Martin Tembo et George Atkins à Zambian Broadcasting Corporation; notre événement gastronomique African Harvest; chefs Andrée Riffou and Jeff Crump à African Harvest; la campagne Dites merci à une agricultrice/un agriculteur.
 

PARTAGEZ LE RÉCIT DE NOTRE TRAVAIL

 

 
Lors d’un voyage en Zambie en 1975, l’animateur d’une émission agricole à la CBC, George Atkins a eu l’idée de partager des informations agricoles pratiques dans un contexte d’échange mondial. Il a appris que ses collèges des pays en développement parlaient d’informations peu utiles à la moyenne des agricultrices et agriculteurs d’exploitations familiales à leurs auditrices et auditeurs, y compris de techniques agricoles coûteuses, tels que les engrais chimiques et l’entretien des tracteurs. Il a donc pris la ferme résolution d’appuyer d’autres radiodiffuseuses et radiodiffuseurs dans les services qu’ils offraient à ces agricultrices et ces agriculteurs.
 
C’est le 1er mai 1979 que George Atkins a posté son premier ensemble de textes radiophoniques à 34 radiodiffuseurs. Cet ensemble contenait des informations agricoles pratiques que les radiodiffuseurs pouvaient adapter pour les besoins d’information de leurs auditoires locaux. C’est ainsi qu’est née Radios Rurales Internationales.
 
Cette année, nous célébrons nos 35 ans d’existence, et l’impact positif que nous exerçons sur les vies de millions d’agricultrices et agriculteurs, par l’entremise d’une fête. African Harvest était un événement gastronomique ludique qui a servi de vitrine à des condiments africains utilisés dans la préparation de mets délicieux concoctés par le chef Jeff Crump, le célèbre auteur de Earth to table et chef de cuisine du Landmark Group, et la chef Andrée Riffou de C’est Bon Cooking d’Ottawa.
 
Cela a été un moyen formidable pour faire goûter à certains de nos partisans des aliments qui occupent une place centrale dans plusieurs de nos projets, y compris la patate douce et les arachides. Nous avons pu à cette occasion remercier tous ces partisans qui nous ont permis d’exister pendant ces 35 dernières années.

De plus, nous avons démontré l’impact que nous exercions, ainsi que celui des agricultrices et des agriculteurs, partout. Nous avons à nouveau encouragé les Canadiennes et les Canadiens à réfléchir au rôle important que jouent les agricultrices et les agriculteurs ici au Canada et ailleurs dans le monde, à travers la campagne Dites merci à une agricultrice/un agriculteur. Nous avons demandé aux Canadiennes et aux Canadiens d’exprimer leur gratitude aux femmes et aux hommes qui produisent leurs aliments. Plusieurs de ces mots de remerciement ont été diffusés par nos partenaires de radiodiffusion canadiens et africains à l’approche de l’Action de grâce.
 
La campagne de cette année a reçu plus de 100 messages téléphoniques, et 675 personnes l’ont suivie sur les médias sociaux en guise en soutien. Écoutez quelques-uns de ces messages.
 

Nouveaux projets

 

 

  • Poste d’écoute

    Aider les ONG à être à l’écoute des besoins des agricultrices et agriculteurs   Les agricultrices et les agriculteurs ont des compétences, des perspectives,

  • TIC novatrices au Ghana et en Ethiopie

    TIC novatrices pour accroître l’utilisation des techniques agricoles   La radio, la vidéo, les SMS, les applications mobiles et d’autres technologies de

  • Voix au féminin

    La radio pour les femmes, par les femmes   Dans plusieurs pays africains, les services de vulgarisation sont plus à la portée des agriculteurs, bien que les

  • Émissions radiophoniques régies par la demande

    Renforcer les capacités des radios rurales à combler des besoins des agricultrices et des agriculteurs   Au cours des dernières années, Radios Rurales

  • Résilience aux changements climatiques

    Expansion de la résilience aux changements climatiques   Les sécheresses, les inondations fréquentes et d’autres chocs aggravés par le changement climatique

  • Pommes de terre et riz

    Améliorer les récoltes grâce aux émissions participatives   En Afrique, le riz et les pommes de terre forment l’aliment de base de plusieurs ménages. En

 

Gouvernance

RAPPORT ANNUEL DE GESTION 2014-2015 DU CONSEIL D’ADMINISTRATION

Radios Rurales Internationales est dirigée par un conseil d’administration (formé de 15 membres au maximum) élu pour un mandat de trois ans. Chaque année, nous :
 

  • — Analysons notre orientation stratégique et nous approuvons un plan détaillé ainsi que le budget de l’année à venir;
  • — Examinons l’atteinte des résultats du plan de l’année écoulée;
  • — Élaborons des politiques relatives à l’organisation et aux programmes; et
  • — Examinons les performances de notre directeur général.

 
Tous les membres du conseil d’administration participent aux travaux d’au moins un comité du conseil. Certains membres proposent également leurs compétences pour des tâches précises sous la supervision de notre directeur général.
 
Voici les initiatives spécifiques menée par le conseil d’administration en 2014-2015:

  • — Approbation de nouveaux énoncés de vision, de mission et de slogan;
  • — Examen et révision de nos intentions stratégiques et objectifs quinquennaux;
  • — Élaboration de directives pour la sélection d’améliorations agricoles pour les projets afférents à la programmation d’impact;
  • — Élaboration des nouvelles attributions de tous les comités permanents du conseil d’administration, et mise en place d’un nouveau comité chargé des finances, des audits et des risques;
  • — Examen et approbation d’une nouvelle structure de gestion;
  • — Approbation d’une nouvelle politique d’égalité de genre;
  • — Signature d’un accord avec le directeur général Kevin Perkins pour un nouveau contrat de cinq ans.

 

DOUG-WARD-SIGNATURE

 
Doug Ward
Président, Conseil d’administration

2014-2015 CONSEIL D’ADMINISTRATION 

 

Doug Ward (Président)

Réalisateur radiophonique, gestionnaire de station et vice-président à la retraite, Canadian Broadcasting Corporation (CBC)

 
Charles Marful (Vice-président)

Directeur des ressources humaines, Pratique des assurances, Ernst & Young LLP

 
Nancy Brown Andison (Trésorière)

Cadre à la retraite, IBM Canada ltée.

 
Sarah Andrewes

Vice-présidente, Hill+Knowlton Strategies

 
Beth Haddon

Journaliste et ancienne cadre en radiodiffusion

 

Heather E. Hudson

Professeure de politiques de communications, Institut de recherche sociale et économique de l’Université d’Alaska à Anchorage

 
Liz Hughes

Journaliste et radiodiffuseuse à la retraite

 
John Morriss

Éditeur adjoint et directeur de la rédaction, Farm Business Communications

 

David Okidi

Journaliste et ancien gestionnaire de la station Mega FM en Ouganda, gestionnaire du projet « Business for Peace » auprès de International Alert, directeur et propriétaire d’ABS FM

 

Bernard Pelletier

Chargé de cours et agrégé de recherche, Université McGill

 

Glenn B. Powell

Chargé de cours et agrégé de recherche, Université McGill

 

Caitlynn Reesor

Journaliste et radiodiffuseuse

 

Bill Stunt

Directeur, Mise en œuvre des systèmes de production, Opérations Médias et de la Technologie, CBC

 

Jacqueline Toupin

Consultante en médias et communications et ancienne radiodiffuseuse de CBC

 

John van Mossel

Conseil expert à ICFI Canada et consultant indépendant en changement climatique et développement

________________________________________________________________

Kevin Perkins

Secrétaire et directeur général de RRI


 
 


RAPPORT DE LA TRÉSORIÈRE 

J’ai le plaisir de vous annoncer qu’au cours de l’exercice financier 2014-2015, Radios Rurales Internationales a assuré une gérance financière rigoureuse des fonds que lui ont confiés les donateurs particuliers et les organismes de financement. Notre organisation poursuit son expansion, mais de façon modérée et prudente pour nous permettre d’exercer un bon contrôle sur nos finances et de rentabiliser au maximum chaque dollar dépensé. L’an dernier, le revenu total a enregistré une hausse de neuf pour cent, et plus particulièrement une hausse de 28 pour cent au niveau des fonds accordés par nos généreux donateurs particuliers. Nos frais d’administration sont restés en deçà de 10 pour cent de nos dépenses totales et nous avons dépensé moins de cinq pour cent pour la collecte de fonds.
 
Durant les prochaines années, un objectif important de Radios Rurales Internationales sera de constituer un petit fonds en guise de réserve pour les temps difficiles afin de s’assurer d’avoir la force de résister aux périodes de ralentissement économique ou à un coût opérationnel imprévu sans que cela nuise à notre capacité à apporter un appui constant à nos partenaires de radiodiffusion africains. Le petit excédent enregistré cette année servira au lancement de cette initiative.
 
Je suis surtout fière de l’intégrité financière avec laquelle notre personnel du Canada et d’Afrique travaille, et je peux vous assurer, en qualité de trésorière, que je continuerai à exercer une surveillance à cet effet.
 
Nancy Brown Andison
Directrice-trésorière
 


 
Deloitte LLP à Ottawa a réalisé un audit de nos états financiers de fin d’année conformément aux normes canadiennes. Les informations suivantes constituent un aperçu des états financiers, et ne constituent en aucun cas les états approuvés. L’intégralité des états financiers audités peut être consultée ici (en anglais).
 

financials

Reconnaissance

LAURÉATS 2015 DU PRIX GEORGE ATKINS DE LA COMMUNICATION

Félicitations aux cinq lauréats de l’édition 2015 du Prix George Atkins de la communication. Ce prix récompense les diffuseurs d’émissions radiophoniques agricoles pour leur attachement et leur contribution inestimable à la sécurité alimentaire et la réduction de la pauvreté dans les pays à faible revenu. Ces cinq personnes travaillent sans relâche pour servir les collectivités agricoles au moyen de la radio.

 

Djeneba Konare

Djeneba Konaré est une radiodiffuseuse toujours à la recherche de nouvelles ressources. Sa collègue radiodiffuseuse et partenaire de RRI, Meli Rostand, la décrit comme une « battante à encourager ». Djeneba est animatrice et réalisatrice à la station de radio communautaire Welena, à Nonzombougou, au Mali. Son premier contact avec RRI s’est produit dans le cadre d’un cours sur la rédaction des textes radiophonique, en 2009. Depuis lors, elle s’est rendue plusieurs fois au bureau de RRI-Mali, et ce, de son propre gré et avec ses propres moyens, en vue de perfectionner ses compétences en montage et en production radiophoniques. En savoir plus.

 
 

Jefferson Massah

Quand l’épidémie Ebola a éclaté, les Libériens ont eu besoin d’avoir d’importants renseignements sur la santé. L’animateur Jefferson Massah et son équipe de Radio Gbarnga ont compris ce besoin et ont décidé de créer une nouvelle émission pour le combler. Radio Gbarnga, située dans le comté de Bong, au Liberia, a créé l’émission « Rapport de situation sur Ebola » qui diffusait des nouvelles, des conseils d’ordre sanitaire et des entrevues afférents à la crise Ebola. En savoir plus.

 

 

gebrehiwot

Pilirani Chimutu Mazizi, radiodiffuseuse de Mudziwathu Community Radio de Mchinji District, Malawi, fournit aux cultivatrices et aux cultivateurs d’arachide les informations dont ils ont besoin pour améliorer la qualité de leurs récoltes. Le travail qu’elle a effectué sur Tipindule ndi Mtedza produit de très bons résultats. Plus de 50 pour cent des agricultrices et agriculteurs ayant écouté son émission utilisent désormais la technique de l’écartement entre les billons lorsqu’ils cultivent l’arachide, et 83 pour cent trient désormais leurs graines d’arachides avant de les amener au marché. En savoir plus.

 
 

Clara Moita

Clara Moita travaille comme radiodiffuseuse chez Radio 5, une station basée à Arusha, en Tanzanie, depuis 2007. Elle anime Amka (Réveillez-vous) et Fahari Yangu (Ma fierté), deux émissions proposées aux auditrices et auditeurs d’exploitations agricoles familiales. « [Fahari Yangu] est une émission radiophonique participative prisée surtout par les agricultrices et les agriculteurs à cause de son contenu et son interactivité qui aident [les agricultrices et les agriculteurs] à s’informer davantage sur les pratiques agricoles améliorées et à changer, par conséquent, leurs attitudes et leurs pratiques en délaissant les méthodes agricoles traditionnelles au profit de méthodes agricoles améliorées et modernes, » a déclaré Clara. En savoir plus.

 
 

Norbert Koudougou Yameogo

Koudougou Yaméogo, surnommé Norbert, était un fidèle auditeur de Radio Palabre, qui ne ratait aucune occasion de s’instruire auprès de personnes plus âgées et avisées que lui. La radio a joué un rôle important dans la vie de Norbert, en ce qu’elle lui a permis d’améliorer ses connaissances et celles des membres de sa famille. Il se souvient tendrement de sa mère qui écoutait la radio pour avoir des informations sur l’hygiène familiale. La certitude qu’avait Norbert du fait que la radio est un outil indispensable pour communiquer avec les collectivités rurales l’a poussé à quitter son poste de professeur d’économie pour celui de radiodiffuseur. Il a d’abord travaillé à la station de télévision Yaka, avant de s’engager dans le domaine de la radio rurale. En savoir plus.

 
 

2014-2015 DONATEURS

Nous sommes très reconnaissants de l’appui financier des nombreux particuliers, groupes, sociétés et fondations qui ont fait des dons cette année à RRI. Des dizaines de millions des agriculteurs et des agricultrices ont ainsi bénéficié de la générosité de nos amis et de nos partisans.
 
Nous tenons à mentionner tout particulièrement les donateurs suivants qui ont contribué à notre travail :
 

cida_01agakhan
idrc_01
McCain Foundation

  • Africa Rice Center
  • Anne Burnett
  • At the request of Beth Haddon by Tides Canada Foundation
  • CARE
  • CGIAR Research Program on Climate Change, Agriculture and Food Security
  • Commonwealth of Learning
  • David Frere
  • FAIDA Market Link
  • GLOBAL
  • Grameen Foundation
  • Harvest Plus
  • IDEO

gates_01
CFTC
IITA
Unifor Social Justice Fund

  • International Fertilizer Development Center (IFDC)
  • International Fund for Agricultural Development (IFAD)
  • International Union for Conservation of Nature (IUCN)
  • James and Philippa Kerr Fund at the Strategic Charitable Giving Foundation
  • Janet & Herb Tanzer Charitable Fund at the Toronto Community Foundation
  • Jeanette Bayduza
  • Laura Tiberti Foundation
  • Les Soeurs de la Congrégation de Notre-Dame

grand_01
CRS
CIMMYT
worldFood_01

  • Kitchener and Waterloo Community Foundation — Hughraine Fund
  • Marilyn & Wally King
  • Maurice Walsh
  • Mennonite Foundation of Canada
  • NRI
  • Oscroft
  • Praekelt Foundation
  • R. Howard Webster Foundation
  • Robert I. and Margaret J. Clague Memorial Fund endowed with The Winnipeg Foundation
  • Sisters of St. Joseph of Canada

irish_01
giz_01
CIMMYT
wusc_01

  • S.M. Blair Family Foundation
  • Susan & Stephen Pond
  • Swiss Foundation For Technical Cooperation
  • Technical Centre for Agricultural and Rural Cooperation (CTA)
  • United States Agency for International Development (USAID)
  • Wellspring Fund, held at Vancouver Foundation
  • World Vision — Tanzania

 

Nous tenons également à remercier sincèrement et chaleureusement tous les membres de notre Cercle des producteurs, groupe de généreux donateurs ayant fait des dons cumulatifs de plus de 1 000 $ à RRI. L’appui dévoué de ces donateurs a donné au fil des ans une assise solide à notre travail au service des radiodiffuseurs et des petits exploitants agricoles partout en Afrique. Consultez la liste des nouveaux membres du Cercle des producteurs.

BÉNÉVOLES EN 2014-2015

Nous apprécions énormément les étudiants et les employés qui ont consacré leur temps, leur énergie et leurs idées novatrices à nos activités au Canada et en Afrique durant la dernière année. Merci de nous avoir permis d’accroître notre efficacité en 2014-2015!

 

  • Laura Angela Bagnetto
  • Andreanne Baribeau
  • Emma Bider
  • Emanuela Campanella
  • Olivia Charlebois-Brandvold
  • Jill Dempsey
  • Veronica Desjardins
  • Kelly Dexter

  • Mark Elliot
  • Noreen Fagan
  • Felicity Feinman
  • David Gutnick
  • Marvin Hanke
  • Lauren Hill
  • Melanie Jansen
  • Jocelyn King
  • Franz Kruger
  • Nicola Luksic
  • Dick Miller
  • Andrew Newton
  • Emilie Preston
  • Wendy Robbins
  • Paddy Roberts
  • Doug Rushton
  • Sally Southey
  • Megan Stacey
  • Mira Van Burck
  • Marina Von Stackelberg
  • Ashley Wright
  • Lisa Xing
  • Ruth Zowdu

CONNECTEZ-VOUS AVEC NOUS!

Avez-vous des questions ou des commentaires sur notre travail ou le contenu du présent rapport annuel? Faites-nous le savoir! Remplissez le formulaire que vous trouverez à gauche ou contactez-nous par le biais d’un des moyens ci-dessous mentionnés. Nous sommes impatients d’avoir de vos nouvelles.

Radios Rurales Internationales
1404 Rue Scott, Ottawa, Ontario, Canada, K1Y 4M8
info@farmradio.org
1-888-773-7717
www.farmradio.org/fr/

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Suject

Votre message